Quand les DRH s’engagent pour sensibiliser les institutionnels aux nouvelles formes d’emploi

Sur le terrain, ils sont toujours au fait des besoins de l’entreprise, mesurent leurs attentes, analysent le profil des candidats, et tentent l’adéquation. Adéquation rendue de plus en plus complexe en ces temps qui contraignent les employeurs à l’économie. Au cœur de la problématique de l’emploi, les fonctions RH sont au premier rang d’exploration de l’évolution du monde du travail. Au sein de cette communauté d’observateurs, nombreux sont ceux qui plébiscitent le travail à temps partagé comme alternative à la crise. Parmi eux, Isabelle Maudet, DRH depuis 25 ans, est consciente qu’il constitue une réalité émergente qui promet de bouleverser les codes de l’emploi, réalité avec laquelle, à l’instar de nombreux pays européens, la France va devoir composer.

Titulaire d’un DESS en management des RH et d’une certification en Coaching, cette experte œuvre, pour qu’au delà du simple constat du bien fondé à gagner en flexibilité au travail, soient mesurés les enjeux d’une telle mutation.

« Si le Temps Partagé s’est surtout développé au départ dans les fonctions support (DRH, DAF, DSI…), la pratique semble s’étendre aujourd’hui à toutes les fonctions, y compris les fonctions commerciales » note Isabelle Maudet. Or, si le tissu économique actuel justifie amplement le recours au temps partagé, le code du travail par sa rigueur et sa complexité en freine le développement*. Par ailleurs, le concept reste flou, temps partagé : temps partiel ? Interim, management de transition ?

À l’automne 2014, Isabelle a initié une enquête visant à dresser un état des lieux des pratiques en temps partagé.

Isabelle Maudet

La première enquête nationale sur le temps partagé et bientôt un livre blanc

L’ANDRH (Association Nationale des DRH) est la plus grande communauté de professionnels des ressources humaines en France. L’association anime plusieurs commissions d’études nationales dont l’une est dédiée au temps partagé. Au sein de cette Commission dont elle est l’une des 5 membres, Isabelle a piloté la première étude prospective sur le sujet, dont les résultats ont été présentés à l’occasion de La Nuit des RH du 15 avril 2015.

Grâce au concours de la CGPME, l’APEC et le Portail du temps partagé, partenaires de l’opération, près de 1 000 questionnaires ont été renseignés et de nombreux entretiens menés. La promotion 2015 de l’école IGS-RH s’est quant à elle chargée de l’analyse des résultats. Riche d’enseignements, l’étude nous apprend par exemple que le choix du temps partagé n’est pas fondé, comme on pourrait le penser, sur la volonté de concilier vie professionnelle et vie personnelle, mais qu’il est d’abord lié à la possibilité d’exercer un métier qui passionne. Le travail d’équipe se poursuit puisqu’un livre blanc avec des propositions et des préconisations est en cours d’élaboration et paraîtra en juin à l’occasion de divers évènements autour du temps partagé. L’objectif est de permettre aux institutionnels de pouvoir prendre en compte cette nouvelle forme d’emploi. « Il existe d’autres formes de travail que le CDI à temps plein ! », assène Isabelle. Indéniable outil de lutte contre le chômage, le temps partagé doit pourtant continuer à se structurer pour s’imposer dans l’entreprise.

* Les récentes mesures Valls prises en faveur des Groupements d’employeurs (cf « les groupements d’employeurs : un dispositif d’avenir » paru mi-juillet) ont cependant largement ouvert la voie à la concertation.

Lien pour télécharger l’étude

Logo ANDRH

  ***

www.le-portail-du-temps-partage.fr

Marie-Victoire Vergnaud

Business Rédactrice

contact@le-portail-du-temps-partage.fr

Tél.:+33(0)6 81 94 45 28