Projetez-vous dans une nouvelle forme d’emploi !

Véritable observatoire du marché de l’emploi des cadres, le Département Études et Recherche de l’Apec, a fait paraître en janvier les résultats d’une enquête riche d’enseignements.

À la fin de chaque année, l’Apec interroge environ 1 000 cadres du secteur privé en poste sur leur perception de la situation économique et sur leurs stratégies professionnelles personnelles.

La première partie du questionnaire étant permanente, elle constitue un précieux baromètre de l’état d’esprit des cadres face à la conjoncture. La seconde partie à vocation à aborder une thématique en particulier, cette fois dédiée à leurs perspectives de mobilité, les invitant à se projeter dans une nouvelle forme d’emploi.

L’enquête réalisée en décembre 2015 auprès de 920 cadres nous apprend que si 46 % d’entre eux s’attachent à enrichir leur réseau en vue d’une éventuelle mobilité, 3 cadres en poste sur 4 souhaitent continuer à exercer leur activité dans le cadre classique du CDI. Interrogés sur ce qu’ils envisagent de mettre en œuvre à titre personnel dans les 12 prochains mois, la réponse qui revient le plus souvent est « Prendre du recul et profiter de la vie » tandis que  « Prendre des dispositions pour changer de métier » arrive en cinquième position des réponses les plus citées.

L’étude pointe un désir d’autonomie accru et le souhait d’améliorer sa qualité de vie, plus encore chez les moins de 35 ans dont 28% annoncent envisager de faire aboutir un projet extraprofessionnel. Si les perspectives de mobilité gagnent donc du terrain par rapport aux années précédentes, pour autant exercer une activité en dehors du statut du CDI n’est que très minoritairement envisagé. Ils ne sont que 12% à intégrer la possibilité du travail à temps partagé dont la flexibilité a pourtant prouvé son efficacité, tant du côté des PME que du point de vue des acteurs de cette nouvelle économie !

Pierre Lamblin

Pierre Lamblin, Directeur du Bureau d’études et de recherche de l’Apec

Le CDI pour cadrer aux contraintes sociales ?

Comment expliquer dès lors que ces cadres qui globalement prennent de la distance avec l’entreprise notamment quant à leur rapport à la hiérarchie, ne soient pas plus enclins à faire le premier pas vers d’autres formes d’emploi ?

Pierre Lamblin, qui dirige le Département études et recherche de l’Apec, souligne que « le CDI est la forme d’emploi qui prédomine chez les cadres en poste et dans les recrutements externes ». Mais CDI et stabilité de l’emploi ne vont pas toujours de pair selon l’étude publiée en janvier par la Direction de l’Animation de la Recherche des Études et des Statistiques (Dares) qui indique que presque près d’un quart des cadres rompent leur contrat dès la première année.

« Pour un grand nombre de Français, la vie sans CDI est synonyme d’une série d’obstacles insurmontables, ne serait-ce que pour obtenir un crédit ou tout simplement se loger » analyse Pierre Lamblin. Ne serait-ce pas alors le système de protection sociale français, au sens large qui, en reposant massivement sur le salariat, bride la mutation qui se dessine avec l’émergence de nouvelles formes d’emploi ?

Ce qui est sûr, c’est que les générations entrants sur le marché du travail accordent une grande importance à la notion d’épanouissement personnel et feront des choix divergents de leurs ainés, et qu’à ce titre il conviendra de redéfinir les paramètres de la stabilité professionnelle.

Le département Études et Recherche de l’Apec se compose d’une quarantaine de collaborateurs qui animent l’Observatoire du marché de l’emploi cadre, analysent et anticipent 
les évolutions du marché de l’emploi cadre dans un programme annuel d’études et de veille.

Toutes les études sont disponibles gratuitement 
sur le site de l’APEC / Rubrique observatoire de l’emploi.

  ***

www.le-portail-du-temps-partage.fr

Marie-Victoire Vergnaud

Business Rédactrice

contact@le-portail-du-temps-partage.fr

Tél.:+33(0)6 81 94 45 28