Logo Les EchosLe projet de loi Travail a été critiqué, négocié, discuté. Pourtant, sa principale lacune demeure : sans définir ce que seront le travail et le travailleur de demain, comment réformer ?
C’est donc acté : la réforme El Khomri n’aura pas lieu. Il faut dire que dès sa naissance, les oracles restaient réservés sur son sort. Pas de vraies méthodes de préparation, une ministre bien chahutée, un calendrier incompréhensible, un positionnement libéral qui sied mal à la gauche, et encore moins à la gauche de la gauche… Mais le gouvernement brûla ses vaisseaux.

Une réforme qui arrive à point nommé
La suite du parcours n’a guère réservé de surprises : une pétition en ligne bien orchestrée, des manifestations syndicales malgré un front désuni, un peu de manipulation estudiantine , une journée de consultations avec les syndicats… Et l’affaire est bouclée. Bouclée ou presque, car il reste à passer l’étape parlementaire qui, si elle évite le 49-3, a encore mille fois l’occasion de retirer ce qu’il reste au texte de tentatives de flexibilisation, de n’être votée ni par la droite ni par la gauche, et de finir de mettre en miette la confiance des entrepreneurs dans ce gouvernement, qui vont perdre espoir et patience !

Lire la suite