Le temps partagé : « un monde parallèle qui s’organise ! »

Rencontre avec Marie-Hélène Marot, une femme engagée qui frappe la médaille de l’épanouissement professionnel. Côté pile : Le support à l’ascension des femmes au sein des instances dirigeantes, côté face : la promotion du travail à temps partagé.

Marie-Hélène Marot est Directrice Associée du cabinet Finaxim et Présidente de DFCG au Féminin (Association Nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion). Issue d’une famille où l’émancipation des femmes est au cœur de l’éducation, ses ambitions l’ont conduite à mener une carrière exemplaire en tant que Directrice financière au sein de PME en France et à l’étranger, filiales de Groupes du secteur des Biens de Consommation et des Services.

Durant plus de vingt ans, elle s’impose à ce poste encore majoritairement occupé par des hommes (seulement 13% de cadres dirigeantes en France). Perspicace, elle observe les pratiques dominantes d’un monde qui craint de bousculer les codes, jusqu’à ce qu’un événement personnel l’amène à repenser son métier. « J’avais envie d’ouverture, de voir le changement non comme une menace, mais comme une opportunité » concède Marie-Hélène Marot, qui fait alors le choix de quitter le salariat.

« Le sens du devoir chez les femmes prend le pas sur d’autres dimensions, or les soutiens ne s’obtiennent pas seulement grâce à un travail assidu et soigneux »…

Consciente de la nécessité de s’appuyer sur le réseau, c’est à cette époque qu’elle rejoint DFCG, association nationale référente dans la communauté Finance & Gestion. Forte de son expérience et animée du constat que la parité est un vecteur de performance, elle crée avec deux autres femmes en janvier 2013 l’antenne féminine, DFCG au féminin. Tout au long de l’année, le groupe organise des événements animés par des spécialistes, pour aider les femmes à décrypter les processus d’ascension professionnelle. Ateliers, débats, conférences, ces rendez-vous les accompagnent en leur apprenant à se mettre en avant, en étant convaincues et convaincantes à propos de leurs compétences, et en se projetant dans de nouvelles perspectives de carrière.

Marie-Hélène Marot

Quitter la logique hiérarchique pour entrer dans la logique du progrès

Depuis 4 ans, Marie-Hélène Marot exerce en indépendante au sein du groupe Finaxim, un cabinet leader de l’externalisation des fonctions supports. Elle accompagne des sociétés qui connaissent un fort développement et propose son expertise financière en appui au déploiement de leurs projets. Cette nouvelle respiration professionnelle s’inscrit pleinement dans le cheminement de libération de cette entrepreneuse qui va toujours de l’avant. «  Le temps partagé, c’est la recherche de l’équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle et c’est également un bon moyen de sortir d’une certaine routine …et de la relation hiérarchique ». En somme, un mode de travail qui pourrait bien sonner la fin du combat famille-carrière, en permettant aux femmes d’accéder à une flexibilité personnelle dans l’organisation de leur emploi du temps, tout en mettant leurs compétences en exergue.

Un indéniable levier de performance

« En forte croissance dans le monde des PME qui y trouvent la souplesse d’un accompagnement sur-mesure, et par ailleurs plébiscité par les jeunes qui ont compris que l’entreprise n’est plus le Saint Graal, le temps partagé manque pourtant encore de résonnance, l’offre et la demande ont du mal à se rencontrer », note Marie-Hélène Marot qui s’attelle à communiquer le plus souvent possible autour des bienfaits de cette nouvelle variable de l’emploi.

La récente étude menée par l’ANDRH (Association Nationale des DRH) indique que les entreprises considèrent que le premier bénéfice d’un collaborateur à temps partagé est l’apport en compétences. Bénéfice auquel s’ajoute la maîtrise des coûts habituellement afférents à tout recrutement. Cheville ouvrière d’un « monde parallèle qui s’organise », Marie-Hélène Marot prouve par son parcours que compétence peut rimer avec indépendance.

NB : La parité, vecteur de croissance,

Une étude menée en 2013 dans le cadre du plan Womenomics révèle que la mixité générerait 0,5 % de croissance supplémentaire !

Diner débat DFCG au Féminin en présence de Jean-Louis Debré

www.dfcg.com

www.finaxim.fr

  ***

www.le-portail-du-temps-partage.fr

Marie-Victoire Vergnaud

Business Rédactrice

contact@le-portail-du-temps-partage.fr

Tél.:+33(0)6 81 94 45 28