Le groupement d’employeurs rural du Sarladais s’est tourné vers les collectivités pour compenser la perte de vitesse du secteur agricole, due à l’effondrement du tabac. « Le GER est un outil qui a sa raison d’être ; s’il existe toujours aujourd’hui, c’est qu’il est utile », a rappelé Jean-François Gazard-Maurel, président sortant, en préambule à l’assemblée générale du groupement d’employeurs du Sarladais, vendredi 17 décembre.  Lire la suite.