logoPB2018-600px-nbL’emploi partagé reste méconnu des agriculteurs alors qu’il répond à leurs problématiques de besoin de main-d’œuvre. Depuis le confinement, le nombre de salariés compétents s’est accru. « Quand mon père est parti en retraite il y a moins de trois ans, nous avons décidé de réduire le nombre de vaches qui est passé de 140 à 120 et d’embaucher un salarié à mi-temps », explique Mélanie Bouquillon en Gaec avec son mari à Saint-Jean-sur-Couesnon. Lire la suite.